Le tissu d’eucalyptus

koala, eucalyptus

Le Lyocell, également dénommé Tencel aux Etats Unis est une fibre artificielle – provenant de la pulpe du bois d’eucalyptus – encore assez méconnue mais dont on peut parier qu’elle va connaître un développement fulgurant tant elle cumule les avantages. Le premier atout du Lyocell est d’être 100% écologique, il est ensuite particulièrement doux et résistant, ce qui le destine tout naturellement à l’industrie du textile. Mais son utilisation ne se limite pas à l’habillement car le Lyocell peut servir à la fabrication du papier, des couches lavables, des produits d’hygiène personnelle…

La fibre artificielle dans l’industrie du textile

Avant de parler du Lyocell, il est important de distinguer les deux grandes familles qui composent la matière première de nos textiles :

Les fibres naturelles

Elles existent tout simplement à l’état naturel. Les fibres naturelles sont végétales (lin, chanvre, sisal, noix de coco, coton…), animales (poils d’animaux) ou minérales (amiante, métaux).

Même si elles sont naturelles, elles doivent être transformées pour pouvoir être travaillées et assemblées pour en faire des vêtements.

Les fibres chimiques

Elles sont soumises à un traitement chimique pour être transformées de leur état brut à l’état de fibre. Les fibres chimiques sont artificielles comme le Lyocell qui nous intéresse ici ou le caoutchouc, le latex, l’acétate de cellulose… Ou elles sont synthétiques comme le nylon, le polyester, le carbone, l’acrylique…

Différence entre la provenance des fibres

Il faut bien faire la différence entre la provenance des fibres qui vont composer un tissu et leur mode de production et de transformation :

  • Une fibre naturelle comme le coton conventionnel ne peut pas être considérée comme écologique à cause de son mode de production et de transformation. Certaines plantations effectuent jusqu’à trente traitements par an. Ensuite, le blanchiment et la teinture du coton passent par l’utilisation de chlore et métaux lourds qui polluent les sols.

    coton
    Manually decontaminating cotton before processing at an Indian spinning mill (2010) By CSIRO, CC BY 3.0, Link
  • La culture de coton utilise 1/4 de la consommation mondiale d’insecticides, c’est donc l’un des plus polluantes. Heureusement, il existe du coton biologique certifié GOTS. La culture du coton biologique nécessite beaucoup moins d’eau, les insecticides ne sont pas utilisés de tout, et on continue à semer des vieilles variétés et couleurs de coton. Entre les fibres naturelles il faut privilégier le lin et le chanvre.
  • Pour les fibres naturelles animales, il s’agit de bien faire la distinction entre la laine d’un mouton qui provient d’un élevage extensif écossais et la fourrure d’animaux élevés et abattus dans d’ignobles conditions pour lesquelles on ne parle même plus d’écologie mais de cruauté envers les animaux.

Fibres artificielles

  • Les fibres synthétiques sont extrêmement polluantes car ce sont souvent des dérivés du pétrole et leur transformation consomme en plus beaucoup de produits chimiques non biodégradables. Sont les polyamides, polyester, acrylique, vinyle…
  • Certaines fibres artificielles qui sont transformées à l’aide de produits chimiques non recyclables sont polluantes.

     

  • En revanche, le Lyocell qui est pourtant une fibre artificielle est parfaitement écologique parce qu’il n’a pas besoin d’un apport artificiel d’eau et sa transformation ne consomme pas de produits chimiques polluants.

Les origines du lyocell

L’étude de cette nouvelle fibre a débuté en 1972 dans l’usine américaine Enka, située à Enka en Caroline du Nord. Elle était appelée à l’époque Newcell mais les travaux furent interrompus avant la mise sur le marché et l’usine n’existe plus aujourd’hui.

La recherche est reprise en 1980, cette fois-ci sous le nom de Tencell dans deux usines du Royaume Uni : Courtaulds Fibers et Grimsby. La première commercialisation a lieu via l’antenne américaine de Courtaulds à Mobile en Alabama en 1990, puis en 1998 par Grimsby.

En 1998, Akzo Nobel rachète Courtaulds et, à la suite d’autres rachats, c’est finalement l’entreprise autrichienne Lenzig qui devient la première productrice de Lyocell. Elle est aujourd’hui encore leader mondial dans ce domaine et a conservé le nom de Tencel.  Tencel est la marque déposée par l’entreprise Lenzing AG, principal fabricant de lyocell.  Le nom Lyocell vient de la réduction du mot Lyophilisation et du mot Cellulose. 

Le bois exploité par Lenzing provient d’exploitations se trouvant majoritairement en Afrique du Sud.

En 2003, le développement de la production de fibre de Lyocell a été reconnue par l’Association américaine des chimistes et des coloristes du textile (AATCC) par l’attribution du prix Henry E. Millson pour la meilleure invention.

La culture de l’eucalyptus

Forêt d'eucalyptus
Forêt d’eucalyptus by Neil Cummings

Les eucalyptus dont est tirée la pulpe sont cultivés dans des fermes dédiées au développement durable. L’espèce se reproduit et pousse à une vitesse extrêmement rapide. Elle n’a besoin d’aucune manipulation génétique, ni aucun pesticide, ce qui permet de renouveler en permanence les plantations. Les eucalyptus n’ont besoin que très peu d’eau.  Ils n’ont pas besoin d’irrigation artificielle mais se contentent de l’eau de pluie naturelle.

La pulpe qui est extraite du bois d’eucalyptus a la consistance du miel avant d’être transformée en fibre.

Les exploitations forestières d’eucalyptus destinées à la fabrication du Lyocell sont gérées durablement. Elles bénéficient du label européen PEFC pour promouvoir la gestion durable de la forêt, et du label international FSC, Forest Stewardship Council, le conseil pour la gestion des forêts.

Le Lyocell bénéficie également du prestigieux label écologique européen Oeko Tex 100.

La fabrication du Lyocell

Le procédé qui permet de fabriquer la fibre de Lyocell s’appelle de « solvent-spinning », il s’agit d’utiliser un solvant qui n’est pas toxique pour l’environnement et qui est presque totalement recyclable, à 99,7%. Le solvant ne reste donc pas dans la fibre et il est possible de le réutiliser en circuit fermé. En l’absence de produits chimiques, aucune émanation de vapeur polluante n’est rejetée dans l’atmosphère. Le Lyocell est produit dans un total respect de l’environnement.

Le processus industriel qui transforme le bois d’eucalyptus en Lyocell a été récompensé par le European Award for the Environment de l’Union Européenne pour ses performances environnementales.

Les qualités du textile fabriqué en Lyocell

Le lyocell a tout du textile de luxe. C’est une fibre artificielle et il est fabriqué de façon à être extrêmement résistant mais il procure le même confort que le coton. Son touché est particulièrement doux et agréable. Il présente le même lustre luxueux que la soie.

Il est naturellement absorbant et supporte toutes les teintures facilement, ce qui permet de l’adapter à toutes les nuances, qu’elles soient pastel ou vives. Sa capacité d’absorption de 50% plus performante que celle du coton le destine tout naturellement à la confection de couches lavables.  C’est aussi pour le sport que l’on recommande particulièrement le tencel/lyocell.

Pour les vêtements, l’atout « respirant » ajoute à ses qualités. Cela lui permet aussi de jouer un rôle isotherme, au même titre que la laine vierge : il est chaud en hiver, et frais en été.

Les fibres tencel/lyocell son idéal pour la lingerie de haute qualité et les sous-vêtements fins, pour sa douceur et sa qualité antibactérien.

Son entretien ne pose aucun problème. Vous pouvez le laver souvent à la machine, il ne se froisse pas et ne rétrécit pas. Il n’a pas besoin d’être repassé. Il ne perd pas non plus le moelleux de sa texture et sa souplesse qui le rendent si agréable à porter à même la peau. Cette souplesse permet également de réaliser des coupes de vêtement avec un beau drapé très élégant.

Selon wikipedia ses carectérisques sont

  • Fibre 100 % cellulosique (modifiée chimiquement).
  • Grancee résistance mécanique à l’état sec ou mouillé (jusqu’à 40 °C).
  • Bonne absorption de l’humidité (supérieure au coton ou à la soie).
  •  Biodégradable.
  •  Infroissable.
  • Lavable à 60 °C avec un rétrécissement d’environ 5 %.
  • Le lyocell est antibactérien grâce à sa bonne absorption de l’humidité.

Beau, agréable, pratique et écologique, on ne peut que recommander le Lyocell !